L’Europe face aux Réfugiés!

Evian 1938 – Bruxelles 2015

 

 

Lorsque les Chefs d’Etats et de Gouvernement se réuniront jeudi prochain à Bruxelles ils feraient bien de se remémorer le fiasco de la conférence d’Evian face au déferlement de réfugiés juifs expulsés d’Allemagne et d’Autriche.

 

Même s’il ya de nombreuses différences, il y a beaucoup de points communs entre les deux situations : personnes expulsées ou fuyant des régimes dictatoriaux, situation économique  difficile en Europe suite à la crise ou encore un renforcement du sentiment d’hostilité vis-à-vis de l’immigration avec la montée en puissance des partis nationaux-populistes.

 

Aujourd’hui l’Union Européenne doit faire face à ses responsabilités ; il revient donc au Conseil Européen de les prendre. Mettons les points sur les « i » : le Conseil a strictement limité les ressources financières de l’Union, ce qui interdit à la Commission toute proposition d’envergure à la hauteur du défi posé dans le cadre des perspectives financières 2014 -2020. Si le problème doit être traité au niveau européen – proposition qui semble être quasi unanimement souhaitée – il conviendra donc au Conseil de donner à la Commission les orientations souhaitées portant aussi bien sur la « solidarité » dans le domaine de l’accueil des réfugiés qu’à propos des moyens logistiques à mobiliser pour faire face à l’urgence humanitaire et des ressources financières nouvelles à engager.

 

Cette problématique constitue, à ce moment précis où l’Union Européenne fait face à une remise en cause fondamentale de sa raison d’être, à la fois un défi supplémentaire et une énorme opportunité. En effet, si les attentats terroristes en France en janvier dernier ont réuni quelques 4 millions de manifestants venus témoigner de leur solidarité, les milliers de victimes naufragées devraient mobiliser encore bien d’avantage l’opinion publique. C’est donc une occasion de mettre à l’épreuve la solidarité entre pays membres de l’UE en répartissant les efforts requis de manière équitable.

 

Quant au financement, il y a une opportunité unique de créer un premier « impôt européen de solidarité » en imposant, par exemple une surcharge de 1% sur la TVA, qui serait une ressource « affectée » directement au budget européen et qui serait redistribuée aux Etats en fonction du nombre de réfugiés accueillis, du coût de leur participation aux opérations de sauvetage, etc. L’accès aux aides directes, au bénéficie des réfugiés, ne serait possible que dans le pays d’accueil pour éviter des déséquilibres ultérieurs dus à la « libre circulation » des personnes dans l’UE/Schengen.

 

Il est également fondamental de faire comprendre que refuser de participer à l’effort collectif, dans l’espoir vain de se protéger contre la montée des sentiments xénophobes, aura exactement l’effet inverse ; il obligera l’instauration de mesures (et contre mesures) qui ne feront qu’accélérer une désintégration de l’UE. Chaque pays devra alors faire face seul aux flux migratoires qu’il sera incapable d’empêcher alors que toutes les tentatives en ce sens auront pour premier effet d’alimenter l’hostilité des voisins et de conduire à des conflits rappelant ceux de la première moitié du XXème siècle.

 

Quoique n’étant pas décrite par les médias et les commentateurs comme le « Sommet de la dernière chance », l’enjeu de la réunion ce jeudi du Conseil sera déterminant. Aux chefs d’Etat et de Gouvernement de faire en sorte qu’il constitue le point d’un nouveau départ pour la sécurité et la prospérité de l’ensemble des citoyens de l’UE et non celui de son déclin irréversible. La responsabilité qui pèse sur chacun des Membres du Conseil est très lourde. Il faut espérer qu’ils ne se sépareront pas à Bruxelles sur le même constat d’échec que leurs homologues à Evian en 1938 et que nous n’aurons pas à en subir les conséquences.

 

Bruxelles, le 21 avril 2015

 

 

 

Paul N. Goldschmidt

Directeur, Commission Européenne (e.r.) ; Membre du Comité d’Orientation de l’Institut Thomas More.

 

 

_________________________________________________________________________

Tel: +32 (02) 6475310                  +33 (04) 94732015                         Mob: +32 (0497) 549259

E-mail: paul.goldschmidt@skynet.be                                       Web: www.paulngoldschmidt.eu